Skip to main content

Jamais une entreprise ne s’est retrouvée devant les tribunaux belges pour sa responsabilité dans le dérèglement climatique.


Vous aussi, soutenez Hugues !

Hugues Falys est un paysan-agriculteur du Hainaut. Il y cultive depuis 1993 des céréales, des protéagineux, des légumes, des fraises et il élève une centaine de vaches de race charolaise pour la production de viande bio.

Comme la majorité des agriculteur·rices, Hugues subit les conséquences du dérèglement climatique : vagues de chaleur, sécheresses, précipitations extrêmes.

Conséquences ? Des cultures et prairies endommagées voire improductives, des pertes financières importantes, des animaux souffrant de stress thermique ainsi qu’un surcroît de travail et un stress important lié à l’imprévisibilité croissante du climat et donc de l’organisation du travail.


Pourquoi cette action contre TotalEnergies ?

Alors qu’il subit les effets du dérèglement climatique sur sa ferme depuis plusieurs années, Hugues a décidé de poursuivre en justice l’une des multinationales qui est à l’origine des problèmes sur sa ferme : TotalEnergies. C’est une première en Belgique ! 

Les entreprises du charbon, du pétrole et du gaz sont de loin les principales responsables du dérèglement climatique, puisque les combustions fossiles sont responsables de plus de 75 % des émissions de gaz à effet de serre. 


Le problème ? 

Ces entreprises échappent trop souvent à leur responsabilité et à toutes contraintes en matière climatique. Quant aux États, ils peinent à adopter des législations suffisamment fortes qui puissent protéger efficacement l’environnement, le climat, la santé publique. 

Qui en paie le prix ? Hugues, les agriculteur·rices, nous tou·tes, ici en Belgique et ailleurs.  

Quels sont les objectifs de l’action ?

Cette action en justice poursuit trois objectifs

Une affaire qui nous concerne tou·tes

Le dérèglement climatique constitue déjà une menace réelle pour le droit à la vie de la population belge. Plusieurs évènements climatiques extrêmes survenus en Belgique ces dernières années sont venus nous rappeler que ce n’était pas une crise passagère et lointaine mais que le dérèglement climatique touche déjà notre pays, aujourd’hui. 

Cette action met également en évidence les impacts du dérèglement climatique sur notre souveraineté alimentaire, c’est-à-dire notre capacité à produire localement une alimentation de qualité. Le cas de Hugues est en effet loin d’être isolé et montre les défis auxquels le monde paysan est confronté face à l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des événements climatiques extrêmes.